Hitler A.
 
 
 

blok a.
–ē—Ā—ā—Ć –ī–≤–Ķ —Ä–Ķ–į–Ľ—Ć–Ĺ–ĺ—Ā—ā–ł¬†: –ĺ–ī–Ĺ–į –ł—Ā—ā–ĺ—Ä–ł—á–Ķ—Ā–ļ–į—Ź, –ī—Ä—É–≥–į—Ź –ľ—É–∑—č–ļ–į–Ľ—Ć–Ĺ–į—Ź.

Il y a deux réalités : le fond de l'une est l'Histoire, de l'autre - la Musique.
art
Dans la premi√®re - des chiffres, dans la seconde - des rythmes. Des gestes et des messages. Des faits et des mots. Le s√©rieux et l'ironie. La premi√®re est toujours d√©saccord√©e et clonable, la seconde toujours arbitraire et irr√©productible. L'art est plus proche de l'oreille que des yeux¬†; et ce que ceux-ci entendent est souvent du galimatias pour celle-l√†. √Ä comparer¬†: l'historicit√© cart√©sienne et la musicalit√© pascalienne. Tu entendis la musique de L√©nine exactement comme Heidegger - le pathos de Hitler, dans une de ces trois ek-stases de la temporalit√©, (drei Extasen der Zeitlichkeit), que Nietzsche qualifiait de monumentale, antiquaire ou critique (monumental oder antiquarisch oder kritisch)¬†: priv√©e de musique organique, la r√©alit√© est d√©daign√©e de Muses et vou√©e √† la poussi√®re des mus√©es ou √† la m√©canique musique dans la glace (–ľ—É–∑—č–ļ–į –≤–ĺ –Ľ—Ć–ī—É - Pasternak).
histoire,ironie,mot,musique,ou√Įe,r√©alit√©,regard,temps

cité
L'id√©e, qu'un homme quelconque en vaut un autre, est une id√©e aristocratique. L'id√©e d√©mocratique est qu'il faille permettre √† un homme quelconque de dominer un autre, s'il en a des moyens l√©gaux. L'id√©e tyrannique est, qu'un chef √©lu de Dieu vaut mieux qu'un √©lu des hommes¬†: « Il est plus facile √† un chameau de passer par un chas d'aiguille, qu'√† un grand homme - d'√™tre d√©couvert par une √©lection » - Hitler - « Eher geht ein Kamel durch ein Nadel√∂hr, ehe ein gro√üer Mann durch eine Wahl entdeckt wird ».
allemagne,dieu,grandeur,idée,liberté,noblesse,robot

cité
Un caporal aryosophe (Hitler) en héros d'un humanisme belliqueux, un séminariste caucasien (Staline) en héraut d'un humanisme évangélique - les professionnels, les haut gradés, les généraux ou les papes, firent meilleure fortune dans le métier de racoleurs.
allemagne,balance,école,humanisme,lutte,russie,utilité

cité
Pour donner √† Val√©ry ou Cioran la gloire populaire de Nietzsche, il faudrait qu'un futur Hitler, Staline ou Attila s'en entich√Ęt. H√©las, l'arbre et les ruines n'ont pas la puissance mobilisatrice du surhomme.
allemagne,arbre,force,gloire,grandeur,hommes,ruines,russie

cité
Le boutiquier comme symbole, tel est le point de d√©part commun de Marx et de Hitler, du marxisme et du nazisme. L'√©lan de haute justice de Marx, pour redresser le faible, ou la pulsion de basse envie de Hitler, pour se dresser en force. La haine de tout boutiquier - l'attitude marxiste, ou la haine du grand boutiquier par le petit - l'attitude des nazis. Mais l'√©lan ou la pulsion, l√Ęch√©s dans la foule, produisent le m√™me effet - la f√©rocit√© contre l'autre.
allemagne,argent,élan,force,haine,intensité,justice

cité
Staline chérit la révolution, Hitler mise sur le militarisme : selon Staline, il n'y aura jamais de révolution en Allemagne, puisque pour la faire il faudrait piétiner quelques gazons ; selon Hitler, il n'y aura jamais de bonne armée en Angleterre, puisque ses divisions blindées manquent de polygones, dont l'aménagement demanderait l'expropriation de quelques manoirs de la gentry.
allemagne,angleterre,ironie,lutte,révolte,russie

cité
L'adh√©sion √† Hitler ne pouvait √™tre que de l'√©go√Įsme de celui qui aimerait se trouver parmi les forts¬†; l'adh√©sion √† Staline √©tait surtout de l'altruisme, de la compassion pour les faibles. L'ennui, c'est que ce n'est ni le fort ni le faible qui furent b√©n√©ficiaires de ces ordres, mais le mouchard, l'assassin et le l√®che-bottes.
allemagne,bassesse,bien,force,mort,russie

cité
Toutes les grandes idées sont tyranniques ; peut-on imaginer un chantre philosophique de la démocratie ? Mais Hegel, tout naturellement, s'entiche de Napoléon, Nietzsche - de César Borgia, Sartre - de Staline, Heidegger - de Hitler.
grandeur,idée,liberté,philosophie

cité
Une nation, qui s'enivre de la po√©sie, est une proie d√©sign√©e des sobres tyrans¬†: jamais on ne porta autant aux nues Schiller et Pouchkine que sous Hitler et Staline. La place centrale qu'occupe la comptabilit√©, dans les t√™tes des hommes, est la meilleure garantie du progr√®s de la tol√©rance et de la douceur des mŇďurs.
étoile,hommes,poésie

cité
Fossoyeurs, innocents et illumin√©s, de belles id√©es¬†: du romantisme politique - L√©nine, Hitler¬†; du romantisme artistique - Pissarro ou Mal√©vitch, Sch√∂nberg ou Mahler. C'est ainsi que s'ach√®vent deux mille ans, o√Ļ t√Ętonnaient l'humanisme et la grandeur, la direction et la hauteur du regard. Tout est confi√©, d√©sormais, aux cervelles, muscles et griffes. C'est le romantisme qui est mort et non pas le totalitarisme ou l'acad√©misme.
art,école,grandeur,hauteur,humanisme,mort,regard,rêve,romantisme

cité
Le communisme est enfant des Lumi√®res (Voltaire, Rousseau, Danton), comme le nazisme est celui de la Renaissance ou du Moyen √āge (la Propagande de Goebbels s'inspira de la propaganda fide de la Curie romaine, comme le mod√®le de la SS de Himmler, ce Loyola de Hitler, fut l'Ordre des J√©suites, qui fut le mod√®le originel de tout totalitarisme)¬†; mais le nihilisme de leurs homme ou ordre nouveaux doit beaucoup aux nouvelles valeurs de Nietzsche.
allemagne,axe,hommes,moyen √Ęge,nihilisme,russie

hommes
Plus le Fran√ßais aime son pays, plus il se rapproche de l'universel¬†; l'Allemand, au contraire, se recroqueville sur son provincialisme. Napol√©on chercha √† exporter l'id√©al libertaire dans le monde entier¬†; Hitler voulait laisser les Fran√ßais avec leurs chamailleries parlementaires et les Russes - avec leurs commissaires. « Le patriotisme du Fran√ßais fait que son cŇďur s'√©tende sous l'effet d'une chaleur¬†; celui de l'Allemand r√©tr√©cit son cŇďur, comme une peau transie » - Heine - « Der Patriotismus des Franzosen besteht darin, da√ü sein Herz durch die W√§rme sich ausdehnt¬†; der Patriotismus des Deutschen besteht darin, da√ü sein Herz enger wird, wie Leder in der K√§lte ».
allemagne,cité,france,idée,russie,universel

ironie
De l'importance de la culture générale dans les affaires publiques ou privées : Hitler pouvait refuser le privilège de fournisseur attitré de chambres à gaz à celui qui n'était pas assez sensible à la peinture ou à la musique ; Staline pouvait accorder deux voire trois années de sursis à un poète, qui saurait la différence entre un Ossète et un Géorgien, mais destiné à recevoir une balle dans la nuque. Congédier son domestique, pour avoir violenté Vaugelas (Molière), est un abus de la même lignée.
art,culture,savoir

wittgenstein l.
Wovon man nicht sprechen kann, dar√ľber mu√ü man schweigen.

Ce dont on ne peut parler, il faut le taire.
mot
Pour un condisciple de Hitler et un serviteur de Staline (avec d'autres Ap√ītres de Cambridge), c'est une sage pr√©caution (prise, avec la m√™me √©l√©gance, par les camarades Kojevnikov et Hemingway). En sens inverse, le silence, peut-il avoir une projection verbale¬†? - pour chercher « un mot √† l'image du silence » - Celan - « ein Wort nach dem Bilde des Schweigens ». Malheureusement, « l√† o√Ļ manque le verbe, parle l'action » - Goethe - « wo die Worte fehlen, spricht die Tat ». La philosophie serait d√©cid√©ment de la po√©sie¬†: « Le verbe nous manque¬†; philosopher est dire ce qui ne se laisse pas dire » - Adorno - « Fehlen uns die Worte¬†; Philosophie ist¬†: sagen was sich nicht sagen l√§√üt »¬†; tandis que la th√©ologie en serait l'antith√®se¬†: « Nous taire, tel est souvent notre devoir¬†; car les noms divins manquent » - H√∂lderlin - « Schweigen m√ľssen wir oft¬†; es fehlen heilige Namen ». Mais pour ceux qui pr√©f√®rent la couleur √† la g√©om√©trie, le chant √† la d√©clamation et la danse √† la marche, bref - l'esth√©tique √† l'√©thique, il reste d'autres √©chappatoires √† l'angoisse devant le silence.
action,angoisse,beaut√©,bien,danse,esprit,go√Ľt,inconnu,langue,musique,‚Ķ

russie
Il semble, en effet, qu'il n'y ait que deux peuples aim√©s de Dieu¬†: le peuple juif et le peuple russe. Le premier, pour en √™tre √©lu¬†; le second, pour en √™tre abandonn√©. Ce qui les diff√©rencie, c'est que les uns exhibent leurs remords et les autres les avalent. « Les Juifs ont invent√© la conscience » - Hitler - « Das Gewissen ist eine j√ľdische Erfindung ». Dieu abandonne Celui qui est sur la Croix et accompagne ceux qui suivent une bonne √Čtoile. « La Russie, ce point z√©ro de l'Histoire, non √©lue, mais abandonn√©e de Dieu » - Tchaadaev.
conscience,dieu,histoire,hommes,honte,solitude

russie
L'√©galit√©, pour un Russe, rel√®ve du r√™ve, et l'amour de la patrie - de la r√©alit√©¬†; tout le contraire de l'Allemand¬†: « L'amour de la patrie conduisait le peuple allemand √† mourir, mais il plongea dans le m√©pris universel, quand il suivit les promesses r√©elles de la r√©volution » - Hitler - « Die Liebe zum Vaterland lie√ü das deutsche Volk sterben¬†; erst als es den realen Versprechungen der Revolution folgte, kam es in die allgemeine Verachtung » - le ressentiment des nazis contre les Juifs et les bolchevistes a sa source dans la d√©b√Ęcle de la Grande Guerre, √† laquelle le Teuton cherchait un bouc √©missaire.
allemagne,égalité,hommes,réalité,rêve,révolte

russie
Les apprentis-philosophes fran√ßais, visc√©ralement anti-russes, cherchent dans les r√©centes exp√©ditions russes au Caucase les seuls parall√®les avec ce que Pol-Pot infligeait √† Pnom-Penh ou Hitler - √† Varsovie. Elle est si nette et si sans appel, leur fronti√®re entre justes et injustes. Je ne sais pas, o√Ļ ils mettent les oubli√©s de L√©ningrad et Stalingrad, martyris√©s par des barbares injustes, mais j'aurais piti√© des enfants de Dresde, Berlin ou Hiroshima, crevant de la main des barbares justes.
auteur,france,frontière,justice,mémoire,mort

russie
Le m√™me jour, le 22 juin, des coalitions europ√©ennes, mont√©es par Napol√©on et Hitler, envahissent la Russie. D'autres curieux parall√®les¬†: le g√©n√©ral russe, qui les battit, porte le m√™me nom - Hiver,dont les m√©faits furent aggrav√©s par l'ind√©licatesse du comte Rostoptchine ou celle du NKVD¬†; les dragons et les as de la Luftwaffe sabrent ou descendent un nombre incalculable de ces lourdauds de moujiks, qui, √† la fin, par milliers et milliers, d√©ferlent sur les boulevards parisiens et dans le ciel berlinois, o√Ļ le sabre et l'avion font terriblement d√©faut aux Europ√©ens ahuris. Mais ce n'est ni le dragon ni l'avion russes qui y triomphent, fi√®rement, mais l'humble patriotisme d'un peuple.
acquiescement,défaite,europe,grandeur,hommes,lutte,modernité

russie
Dans les profondeurs - la st√©rilit√©¬†; sous les pieds - la pourriture¬†; heureusement, les hauteurs sont b√©antes et vides. Dans l'espace comme dans le temps. « Notre pass√© est horrible¬†; notre pr√©sent est odieux¬†; heureusement, nous n'avons pas d'avenir » - proverbe serbe. Hitler est trop bon¬†: « L'avenir n'appartient qu'√† ce peuple de l'Est, qui s'est av√©r√© le plus fort » - « Die Zukunft geh√∂rt ausschlie√ülich dem st√§rkeren Ostvolk » - ils gaspill√®rent leur force, c'est leur faible.
europe,force,hauteur,réalité,temps,vide

russie
L'arrogance am√©ricaine, comme, jadis, l'ambition fran√ßaise ou le nationalisme allemand, cherche √† abattre la Russie, par des sanctions √©conomiques ou en soudoyant des marionnettes environnantes. Je ne sais pas ce qu'on devrait leur conseiller¬†: mieux √©tudier l'histoire de Napol√©on et d'Hitler ou bien la g√©ographie¬†: « On ne soumet point une nation dont le p√īle est la derni√®re forteresse » - Chateaubriand. √Ä l'autre p√īle - la culture, celle de Pouchkine, Tcha√Įkovsky, Tolsto√Į.
allemagne,amérique,culture,défaite,france,histoire,lutte

russie
Vu la sanglante brutalit√© des bolcheviques et le d√©fi plan√©taire de leur id√©ologie, c'est le temp√©rament et la rh√©torique d'Hitler qui s'y pr√™teraient parfaitement. Vu l'esprit petit-bourgeois des nazis et la mesquinerie envieuse de leur racisme, c'est la voix suave et le regard espi√®gle de Staline qui auraient d√Ľ les s√©duire. Deux monstres, √©trangers √† leurs pays.
allemagne,audace,cité,lutte,platitude

russie
Les Russes ne retrouvent l‚Äôinstinct de la libert√© et de la dignit√© que devant l‚Äôenvahisseur √©tranger - les serfs analphab√®tes, du temps de Napol√©on, ou les ex-pensionnaires du Goulag, face √† Hitler. Et les Am√©ricains devraient s‚Äôint√©resser un peu √† l‚ÄôHistoire, pour ne pas commettre l‚Äôirr√©parable. « Les Russes, on dirait des hommes born√©s, insolents, m√™me sots, mais on ne peut que prier pour celui qui s‚Äôattaquerait √† eux » - Churchill - « Russians may seem narrow-minded, impudent, or even stupid people, but one can only pray for those who are against them ».
amérique,cité,histoire,hommes,intelligence,liberté,lutte

russie
La m√©moire des conflits arm√©s, chez l‚Äôhomme civilis√©, prend la forme d‚Äôun deuil ‚Äď plus jamais √ßa. Deux monstres sanguinaires, Staline et Hitler, noy√®rent la Russie dans un oc√©an de sang, de larmes, de sueurs, froides ou chaudes¬†; leurs souvenirs, chez les Russes, sont une f√™te ‚Äď une main forte nous manque ou on peut recommencer.
culture,force,hommes,lutte,mémoire,mort,tragédie

russie
L'un des premiers ordres de Hitler, apr√®s le d√©clenchement du plan Barbarossa, fut l'interdiction d'√©voquer publiquement les noms des po√®tes et des compositeurs russes¬†! L'une des victimes - le film, soutenu par Goebbels, sur Tcha√Įkovsky, o√Ļ un surhomme germanique inculque √† l'√©ponyme √©perdu les vertus du travail (comme Rodin √† Rilke, ou les metteurs en sc√®ne occidentaux aux spectateurs des Trois SŇďurs ou de l'Oncle Vania, o√Ļ le Russe n'entend qu'un soupir ou un sanglot d'une jeunesse, d'un talent ou d'un amour enterr√©s), tandis que la Walkyrie d'Eisenstein, centr√©e sur la compassion, restait sur la sc√®ne du Bolcho√Į.
allemagne,amour,art,musique,poésie,souffrance

russie
Cinquante pays les plus √©volu√©s du monde commirent une faute terrible, en cherchant √† humilier la Russie (et pas tellement son dictateur mafieux, qui ignore la honte). Ils injecteront des milliards pour armer les Petits-Russiens, mais feront une erreur fatale ‚Äď ils r√©veilleront le patriotisme grand-russien (succ√©dant √† l‚Äôapathie et √† l‚Äôindiff√©rence), en livrant des chars germaniques avec la m√™me croix qu‚Äôau temps de Barbarossa ‚Äď aux Tigres et Panth√®res succ√©deront les L√©opards. L‚ÄôOccident oublieux, amn√©sique de l‚ÄôHistoire, aura subi ce que connurent Napol√©on l‚ÄôAntichrist et Hitler le Teutonique.
cité,défaite,erreur,folie,histoire,honte,liberté
Hitler A.